Skip to content →

Secteur de la construction : inquiétudes et menaces pour la filière dans le Rhône

[communiqué de presse]

Entre ralentissements drastiques des constructions de logements neufs dans le Rhône et la Métropole de Lyon et problématiques de recrutement qui frappent le secteur du BTP ces dernières années, les acteurs de la filière se disent inquiets pour l’avenir.

Ainsi, la Fédération BTP Rhône et Métropole, en tant que sentinelle du secteur, tire la sonnette d’alarme : le secteur de la construction est en danger et il est nécessaire d’agir au plus vite pour inverser la tendance. Samuel Minot, président de la Fédération BTP Rhône et Métropole, ne se contente pas de dresser un constat, mais met en lumière des pistes de réflexion pour les années à venir afin de « sauver » le secteur de la construction.

La construction dans le Rhône et la Métropole : un secteur en danger !

Le CECIM vient de dresser un panorama alarmant pour le marché du logement. Un constat des plus inquiétants que partage Samuel Minot, Président de la Fédération BTP Rhône et Métropole, sur le secteur de la construction.

La fédération, qui a pour objectif de défendre les intérêts de ses adhérents, constate depuis peu, un ralentissement drastique des constructions neuves à l’échelle départementale et une hausse des coûts sans précédent. Un constat qui se reflète largement dans les chiffres présentés par le CECIM. En cause selon elle : la mise en œuvre de politiques publiques non-alignées avec la réalité du marché qui se trouve dans une situation de carence en termes de logement neuf.

___

En effet, en diminuant les fonciers disponibles et la constructibilité, et en freinant la délivrance de certains permis de construire, la politique du logement sur la métropole engendre cette situation. Cette politique entraîne une baisse des volumes de logements disponibles à la vente, une baisse des mises en vente, une raréfaction de l’offre et donc une hausse des prix des logements.

En ce qui concerne les entreprises, cela se traduit par une baisse du volume d’activité et une concurrence exacerbée entraînant une pression à la baisse sur les prix. Autre facteur, l’explosion des coûts de revient dégrade encore plus les résultats des entreprises et renforce la tension sur les trésoreries.

En complément de ces éléments de conjoncture, sur le front des matériaux, l’envolée des coûts ne se tasse pas et constitue le premier risque de fragilisation du secteur.

En conséquence, certaines entreprises, voire certains métiers risquent de se trouver en difficultés d’autant que cette situation de prix très élevés devrait perdurer.

Par ailleurs, les tensions sur l’approvisionnement restent d’actualité puisque, selon l’Insee, 13% des entreprises de plus de 10 salariés en sont affectées dans leur production contre 2% en moyenne sur période longue.

Dans ce contexte, la FFB continue à porter quatre demandes des entreprises, notamment dans le cadre de la loi de finances :

–     l’indexation généralisée des marchés,

–     le gel des pénalités de retard pour tous les marchés,

–     la prise en charge intégrale de l’activité partielle si elle découle d’un problème d’approvisionnement,

–     l’ouverture du droit à mobiliser immédiatement la créance de carry back pour les exercices clos jusqu’à fin mars 2022 au moins.

La hausse des coûts de l’énergie vient par ailleurs se surajouter pour inscrire le phénomène dans la durée.

Il est primordial dans ce contexte de hausses et de pénuries que la maîtrise d’ouvrage accompagne les entreprises.

À cela s’ajoutent de nouvelles obligations imposées par les politiques publiques, à savoir la RE2020 qui aura pour effet d’augmenter les coûts de construction. D’autres initiatives locales comme l’utilisation de certains matériaux biosourcés ou la remise en cause de certains modes constructifs ne feront que contraindre davantage un secteur déjà bien impacté depuis le début de la crise.

Samuel Minot, Président de la FBTP Rhône et Métropole, entend tirer la sonnette d’alarme.

« Le secteur du BTP sort à peine d’une crise qui dure depuis deux ans. Il est primordial aujourd’hui de procéder à un rééquilibrage entre toutes les parties prenantes, acteurs de la construction, Etat, élus locaux et maîtres d’ouvrage… Nous devons être conscients des enjeux qui se jouent actuellement et travailler main dans la main pour sauver le secteur du BTP et de la construction et tous les emplois qu’il porte », souligne Samuel Minot, Président de la Fédération BTP Rhône et Métropole.

Emploi et formation dans le secteur du BTP : des inquiétudes persistent

Le saviez-vous ?

Entre le premier trimestre 2020 et le premier trimestre 2021, les instances publiques ont recensé une hausse de 40% des offres d’emploi à pourvoir dans le secteur du BTP, sur le seul département du Rhône. Une hausse notable qui met en évidence des problématiques de recrutement, dans un secteur pourtant porteur.

À date, l’effectif salarié dans le secteur du BTP sur le Rhône et la Métropole est de 52 107 salariés. L’intérim représente 6 546 ETP avec une progression de +32,7% sur un an.

Le nombre de demandeurs d’emploi est de 6 400 en catégorie A (-28 % sur un an) et représente 7 % de l’ensemble des demandeurs d’emploi tous secteurs économiques confondus. À titre comparatif, le nombre de demandeurs d’emploi dans le BTP sur le Rhône était de 2 900 à son plus bas niveau en 2008.

Au premier semestre 2021, le nombre de postes proposés par les entreprises de BTP sur le Rhône et la Métropole, et enregistrés par Pôle Emploi a progressé de +40 % avec 6 842 offres (comparatif 1er semestre 2021 par rapport au 1er semestre 2020). Un pourcentage qui inquiète grandement les professionnels du secteur, qui peinent à comprendre pourquoi les recrutements s’avèrent difficiles. En effet, parmi les 5 métiers les plus recherchés par les entreprises (maçonnerie, installations sanitaires et thermiques, électricité, préparation gros œuvre et TP, pose de fermetures menuisées), il y a une correspondance sur 4 métiers avec ceux les plus recherchés par les candidats (peinture, maçonnerie, préparation gros œuvre et TP, électricité, installations sanitaires et thermiques).

Comment expliquer alors que les recrutements ne se concrétisent pas ?

« Nos adhérents sont, aujourd’hui, confrontés à de réelles problématiques de recrutement, que nous avons du mal à expliquer. Offres et demandes sont bien là et pourtant le nombre de postes à pourvoir ne cesse d’augmenter. C’est pourquoi nous avons décidé de travailler de concert avec Pôle Emploi afin de les former davantage à nos métiers. Nous avons également renforcé nos opérations sur le terrain afin d’aller au-devant du grand public. Enfin, nous nous félicitons de continuer à remplir nos centres de formation, qui voient chaque année de nombreux jeunes se former aux métiers du BTP », souligne Samuel Minot, Président de la Fédération BTP Rhône et Métropole.

 

La Fédération BTP Rhône et Métropole poursuit ses actions terrain 

Forte de plus de 900 adhérents, de l’artisan indépendant au grand groupe national, la Fédération BTP Rhône et Métropole, a pour vocation de défendre les intérêts de ses adhérents, d’accompagner les structures dans leurs démarches et de faire rayonner le secteur du BTP.

La Fédération BTP Rhône et Métropole entreprend des actions terrain afin de valoriser les métiers du BTP et aller à la rencontre du grand public. Dernièrement, BTP Rhône et Métropole s’est associée au Sytral afin d’offrir la possibilité à de nombreux collégiens et lycéens du département de découvrir les coulisses d’un chantier d’envergure : le prolongement de la ligne B du métro à Saint-Genis-Laval.

Une opération « Coulisses du BTP » ayant pour objectif de faire naître des vocations, auprès d’une cible de jeunes en quête d’orientation.

À destination d’un public plus mature, la Fédération BTP Rhône et Métropole organise des forums de l’emploi sur les territoires du département : Beaujolais, Ouest rhodanien, Monts du Lyonnais, sud-ouest et sud du département. Ainsi, elle met en relation demandeurs d’emploi et entreprises en phase de recrutement.

Des actions de pure proximité intitulées « le BTP dans votre quartier » sont également mises en œuvre au plus près des demandeurs d’emploi sur la base des offres des entreprises locales comme celle qui se déroule ce mardi 26 octobre dans le quartier Saint-Jean de Villeurbanne : au programme pour une soixantaine de candidats, visite de trois entreprises de la fédération Botta, Lenoir Métallerie, Mazaud et jobdating en partenariat avec les services publics de l’emploi de Villeurbanne.

___

 

CONTACTS PRESSE
BTP Rhône et Métropole
Sophie Stradiotto • sstradiotto@btprhone.fr • 06 83 90 21 24
Agence Comadequat
Léa Villot • l.villot@comadequat.fr • 06 20 56 65 16

 

 

 

 

 

 

 

Published in Bâtiment emploi Hausse des coûts des matériaux Immobilier Logement Métropole

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *