RGE, une arme contre la concurrence déloyale

RGEDepuis 2010, la FFB incite les entreprises à devenir Reconnu garant de l’environnement (RGE) pour répondre aux enjeux de l’éco-conditionnalité. Aujourd’hui, celle-ci est entrée en phase active. La qualification RGE devient indispensable pour faire bénéficier nos clients des aides publiques pour les marchés(1) de la rénovation énergétique. À ce jour, près de 23 000 professionnels sont ainsi labellisés « RGE » — ils étaient 8 000 il y a un an ! Ils ont fait le choix de se former, de démontrer leurs compétences via leurs références techniques et d’être contrôlés pour sécuriser le client sur leur savoir-faire. C’est un effort considérable mais qui permet de monter en compétences et de l’afficher.
Certains voient dans cette démarche une contrainte trop forte, qui risque de les écarter de leurs marchés. Et il est vrai, en particulier dans le domaine du génie climatique, que le système est complexe et doit être allégé. La FFB et ses unions se sont battues en ce sens et elles continuent de le faire. N’oublions pas toutefois, qu’aujourd’hui le vrai danger c’est la concurrence déloyale. Même s’il est imparfait, le RGE est l’un des meilleurs remparts contre celle-ci, car il aide les maîtres d’ouvrage à sélectionner les vrais professionnels.
(1)Éco-PTZ depuis le 1er septembre 2014, CITE à partir du 1er janvier 2015, et d’ici quelques mois pour les CEE (voir dossier).
Franck COTTON
PRÉSIDENT DU CONSEIL DES PROFESSIONS DE LA FFB

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *