Nicolas Roiret nouveau président du GEIQ 69

GEIQ 69 passage de témoinRéussir l’insertion durable d’un plus grand nombre de candidats. Accroître le nombre d’entreprises d’accueil. Tels sont les deux objectifs que vise le nouveau président du GEIQ 69, Nicolas Roiret.

Réunis en assemblée générale en avril dernier, les membres du Groupement d’Employeurs pour l’Insertion et la Qualification du Bâtiment, plus connu sous l’appellation « GEIQ 69 », ont élu leur nouveau bureau (Cf. ci-dessous). Nicolas Roiret, entrepreneur de la Fédération BTP Rhône, est devenu le nouveau président du GEIQ 69, succédant ainsi à Pierre Bonche, en fonction depuis 1999.

« Je m’inscris dans la continuité de mon prédécesseur », explique Nicolas Roiret, précisant qu’il faisait déjà partie du bureau du GEIQ 69 au poste de secrétaire. Et le nouveau président d’ajouter : « Fin 2007, quand j’ai racheté l’entreprise Botta (*), j’ai aussi repris le mandat que l’ancien dirigeant, Christian David, occupait au sein du GEIQ 69. J’adhérais pleinement au projet ! ».

Interview.

Quelle est votre « feuille de route » ?

Nicolas Roiret (N. R.) : Nous voulons développer l’activité du côté des entreprises pour accroître notre capacité à accueillir des jeunes à la recherche d’une insertion professionnelle. Parallèlement, nous allons chercher à recruter davantage de candidats à l’insertion. Nous chercherons aussi à renforcer nos liens avec les organismes de formation. Enfin, nous allons davantage communiquer, en utilisant les outils finalisés à l’occasion des 20 ans du GEIQ 69 (vidéos, ouvrage…), et en lançant un site Internet.

Comment irez-vous au-devant des entreprises ?

NR.: Nous solliciterons les organisations professionnelles. Nous profiterons des diverses réunions organisées pour vanter auprès des entrepreneurs les mérites du GEIQ 69. Certes, aujourd’hui, la conjoncture n’est pas favorable. Mais dès que les carnets de commandes vont se remplir, nous agirons, en faisant le tour des chambres syndicales professionnelles de BTP Rhône notamment.

Comment allez-vous recruter davantage de candidats ?

NR.: En moyenne, nous accueillons 30 à 40 jeunes par an. Nous pouvons augmenter cet effectif d’une dizaine de candidats. Pour ce faire, il nous faut œuvrer dans trois directions : 1) convaincre les bailleurs sociaux de nous adresser directement des candidats ; 2) inciter les organismes spécialisés dans l’insertion à développer un partenariat avec nous ; 3) aller à la rencontre des jeunes qui n’ont pas pu mener à terme leur formation professionnelle, en CFA ou ailleurs, et qui se trouvent sans solution alors qu’ils peuvent intégrer la profession.

(*) Entreprise Botta SAS (Villeurbanne ; 30 salariés ; plâtrerie-peinture, plafond suspendu)

———–

Un bureau partiellement renouvelé

Hormis le changement de président, la composition du bureau du GEIQ 69 est quasiment inchangée : Nicolas Roiret (Botta), président ; Xavier Deloche (OPAC du Rhône), vice-président ; Jean-Pierre Dellasette (Folghera & Belay), secrétaire ; Nadine Renard (Fédération BTP Rhône), secrétaire adjointe ; Abdallah Abdelli (CAPEB du Rhône), secrétaire adjoint ; Patrick Spica (Rhodanienne de Carrelage), trésorier ; Cécile Mazaud (Mazaud), trésorière adjointe.

Seule nouvelle « recrue » : Martial Gorjux (SERELY), membre coopté, qui complète le bureau en apportant sa bonne connaissance du secteur des lots techniques.

Partiellement renouvelé, le bureau du GEIQ 69 pourra continuer de s’appuyer sur les compétences de la coordinatrice, Valérie Simonnet.

———–

GEIQ 69, l’insertion durable

Créé en 1993 à l’initiative d’entrepreneurs du Bâtiment du département du Rhône et d’un bailleur social, l’OPAC du Rhône, le GEIQ 69 est un dispositif d’insertion qui permet aux entreprises de répondre aux clauses sociales introduites par les maîtres d’ouvrage dans les marchés publics. Au fil des années, le GEIQ 69 est aussi devenu un moyen de  finaliser des recrutements.

Si le GEIQ 69 a fait la preuve de son utilité côté entreprises, il présente aussi un très bon bilan côté candidats à l’insertion : au terme du dispositif, près de 80 % des jeunes obtiennent une qualification professionnelle, et les ¾ de ces jeunes qualifiés sont recrutés en fin de parcours.

Car là est toute l’originalité du dispositif mis en œuvre par le GEIQ 69, et sa réussite puisqu’il conduit à l’insertion durable : sur la durée du contrat qu’il signe avec le GEIQ 69, le candidat à l’insertion acquiert une expérience professionnelle sur les chantiers et bénéficie, en alternance, d’une formation délivrée dans un centre de formation spécialisée dans les métiers du Bâtiment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *