Emmanuelle Cosse dit vouloir aller plus vite

chanut_cosseJacques CHANUT a été le premier acteur de la Profession à être reçu par la nouvelle ministre du Logement Emmanuelle COSSE, le 17 février. L’occasion de rappeler l’importance d’un environnement institutionnel stabilisé dans une période de redémarrage fragile de l’activité.

Lors de ce premier entretien avec la nouvelle ministre en charge du Logement, Jacques CHANUT a indiqué qu’un grand nombre de

mesures votées récemment (CITE, dispositif PINEL, renforcement du PTZ) avaient permis d’enclencher une dynamique de relance de l’activité dans le secteur. Une dynamique demeurait extrêmement fragile dans laquelle tout changement de cap provoquerait une sérieuse crise de confiance.
La ministre a confirmé qu’elle n’avait aucunement l’intention de prendre des initiatives de nature à fragiliser cette reprise et que toute l’attention du Gouvernement reposait aujourd’hui sur le secteur de la construction.
Elle a fait part de sa préoccupation concernant la rénovation énergétique, qui à ce stade, lui paraît encore trop peu plébiscitée dans le pays. Elle entend travailler étroitement avec la FFB pour tenter de renforcer l’attractivité de ces travaux pour les particuliers.
Jacques CHANUT a notamment regretté que le bénéfice du CITE n’ait pu être étendu aux résidences secondaires en zone rurale, en dépit du débat parlementaire sur le sujet. La ministre a reconnu qu’il y avait là un réel potentiel d’activité, qui, au surplus, pouvait concourir à la promotion générale de la rénovation énergétique.
Le Président a également plaidé pour une éco-conditionnalité progressive des aides de l’ANAH afin, là aussi, de mettre en position de force les artisans et les entrepreneurs qui font l’effort de la qualification.
Il a rappelé l’attachement de la FFB aux politiques incitatives en matière de transition énergétique, à rebours des volontés plus autoritaires d’obligations de travaux. Les obligations de travaux risquent d’aboutir, au final, au résultat inverse à l’objectif poursuivi en bloquant le marché.
Cohérente avec ce refus des obligations nouvelles en tout genre, la FFB s’oppose également à la nouvelle obligation d’un architecte dès 150 m2 dans la construction de maisons individuelles. Ce point fait actuellement l’objet de débats au Parlement dans le cadre du projet de loi « création ». Jacques CHANUT a très clairement indiqué à la ministre qu’une telle modification du droit de l’urbanisme n’avait aucune justification réelle et conduirait à un surenchérissement du coût de la construction.

A lire aussi dans Batiactu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *