BIM : une formation opérationnelle pensée pour vous

 

Vous souhaitez inscrire le BIM dans la stratégie de votre entreprise ? Vous souhaitez vous donner les moyens de répondre à un appel d’offres bimé ? Vous ne voulez pas rater la transition numérique ?

Pour vous permettre de mieux appréhender le BIM afin de l’intégrer dans vos futurs projets, BIM Formation et BTP Rhône et Métropole vous proposent une formation opérationnelle répondant à 5 objectifs pour le chef d’entreprise :
1. Se doter des clefs pour pérenniser l’avenir de nos activités.
2. Comprendre le concept BIM et maîtriser ses intérêts.
3. Savoir traiter une consultation avec l’approche BIM.
4. Prendre du recul et définir comment tirer parti de cette nouvelle
approche et des outils associés.
5. Par rapport à son organisation, quelles peuvent être les étapes pour implanter une solution BIM adaptée à son entreprise.

La première session aura lieu aux dates suivantes :

  • 30 – 31 mai
  • 06 – 07 juin
  • 13 – 14 juin
  • 20 – 21 juin
  • 27 – 28 juin.

Il reste des places. Retrouvez le PROGRAMME ici.

Inscrivez-vous vite auprès de Philippe VALENTIN || BIM Formation (04 72 46 10 10 ou p-valentin@bim-formation.org) ou Gilles VIALATTE, Responsable Technique et prix de BTP Rhône et Métropole (04 72 44 15 15 ou gvialatte@btprhone.fr).

 

Nous vous incitions vivement à prendre contact avec votre conseiller Construcyts pour connaitre la prise en charge possible sur cette formation.

 

Gouvernement Philippe : nouveaux interlocuteurs pour le BTP

La composition du gouvernement d’Edouard Philippe, strictement paritaire, est désormais connue : il est composé de 22 membres, dont 11 de la société civile, avec 54,6 ans de moyenne d’âge. Trois personnalités du MoDem ont été nommées, deux des Républicains, quatre du Parti socialiste et deux du Parti radical de gauche.

Richard Ferrand, secrétaire général d’En Marche ! prend la tête d’un « ministère de la Cohésion des territoires ». Il sera en même temps en charge du Logement qui se voit privé d’un ministère de plein exercice et de la politique de la Ville.

La FFB réagissait hier dans un tweet : «  sont absents du ! Sans eux impossible de résoudre la fracture territoriale ».

Côté transports,  c’est Elisabeth Borne qui est nommée Ministre. Agée de de 56 ans, cette X-Ponts, Pdg de la RATP depuis mai 2015, a consacré toute sa carrière aux questions de transports, d’aménagement et d’urbanisme.

Bruno Cavagné, président de la FNTP, réagit à cette nomination :

« La nomination d’Elisabeth Borne est une bonne nouvelle. En revanche, pourquoi rattacher la mobilité à la transition énergétique ? Il serait plus logique que les transports dépendent du ministère de la Cohésion des territoires, ou au moins qu’ils soient partagés. La mobilité ne peut pas être vue que sous le prisme du développement durable. Des ajustements sont à prévoir rapidement, afin que nous puissions avancer dès que possible. »

Quatre autres ministres, Bruno Le Maire à l’économie, Muriel Penicaud au travail, Françoise Nyssen à la culture et Nicolas Hulot, ministre d’Etat de la Transition écologique et solidaire sont donc chargés de domaines qui touchent au secteur de la construction et plus largement au monde de l’entreprise.

Voici la liste complète des ministres (dans l’ordre du protocole) :

■Gérard Collomb, 69 ans : ministre d’Etat, ministre de l’intérieur
■Nicolas Hulot, 62 ans : ministre d’Etat, ministre de la transition écologique
■François Bayrou, 65 ans : ministre d’Etat, garde des sceaux
■Sylvie Goulard, 52 ans : ministre des armées
■Jean-Yves Le Drian, 69 ans : ministre de l’Europe et des affaires étrangères
■Richard Ferrand, 54 ans : ministre de la cohésion des territoires
■Agnès Buzyn, 54 ans : ministre des solidarités et de la santé
■Françoise Nyssen, 65 ans : ministre de la culture
■Bruno Le Maire, 48 ans : ministre de l’économie
■Muriel Penicaud, 62 ans : ministre du travail
■Jean-Michel Blanquer, 52 ans : ministre de l’éducation nationale
■Jacques Mézard, 69 ans : ministre de l’agriculture et de l’alimentation
■Gérald Darmanin, 34 ans : ministre de l’action et des comptes publics
■Frédérique Vidal, 53 ans : enseignement supérieur
■Annick Girardin, 52 ans : ministre des outre-mer
■Laura Flessel, 45 ans : ministre des sports
■Elisabeth Borne, 56 ans : ministre de la transition écologique chargée des transports
■Marielle de Sarnez, 66 ans : ministre chargée des affaires européennes

Quatre secrétaires d’Etat ont aussi été nommés :
■Christophe Castaner, 51 ans : chargé des relations avec le Parlement et porte-parole du gouvernement
■Marlène Schiappa, 34 ans : chargée de l’égalité des femmes et des hommes
■Sophie Cluzel, 56 ans : chargée des personnes handicapées
■Mounir Mahjoubi, 33 ans : chargé du numérique

Plateformes dans le bâtiment : la FFB lance un plan offensif

Convaincue que le phénomène des plateformes numériques n’épargnera pas le bâtiment, la FFB lance un plan d’action et de sensibilisation. L’objectif, mettre à la disposition de ses adhérents une liste des principaux points d’alerte à vérifier avant de s’inscrire sur une plateforme.

Elle va également réclamer aux pouvoirs publics un encadrement plus strict pour obliger les opérateurs de plateformes à vérifier les qualifications et les assurances des prestataires qui offrent leurs services en ligne. En complément, la Fédération va identifier les sites vertueux qui sélectionnent rigoureusement les professionnels et leur apportent les garanties nécessaires.

La démarche de la FFB s’appuie sur une étude qu’elle a réalisée avec l’observatoire ObSocCo en janvier 2017 auprès de 2.000 clients, faisant apparaître que 61 % des consommateurs connaissent les plateformes de travaux et que 11 % sont déjà passés par elles pour trouver un prestataire.

Avec le site d’information professionnel Batiactu, la FFB a également réalisé en mars 2017 une enquête inédite auprès de 1.330 professionnels du bâtiment, faisant apparaître que 63 % des artisans et entrepreneurs connaissent au moins une plateforme sur Internet. Ils ne sont que 13 % à affirmer qu’elles ont généré une concurrence pour leur activité, mais 52 % estiment qu’elles sont un danger pour la Profession.

Jacques Chanut, président de la FFB, déclare : « Nous n’échapperons pas à une forme d’ubérisation du bâtiment. C’est pourquoi la FFB réclame des mesures législatives pour éviter que les plateformes ne constituent un nouveau foyer de concurrence déloyale. Nous allons en parallèle éclairer et accompagner nos adhérents qui souhaitent travailler avec des plateformes vertueuses. »

La FFB émet 112 propositions aux candidats aux législatives

Les élections législatives auront lieu les 11 et 18 juin prochains. Notre réseau est un véritable atout dans cette campagne dont la dimension territoriale est essentielle. Vous trouverez dans le document émis par la FFB intitulé « Législatives 2017 : 112 propositions pour reconstruire la France », le recueil des propositions issues d’un travail collectif mené par le réseau FFB en 2016.

Parmi ces 112 propositions, 15 priorités à retrouver pages 10 et 11 du document :
-Supprimer le compte pénibilité.
-Poursuivre le travail de simplification normative et réglementaire.
-Lutter contre le dumping social et le travail illégal.
-Assouplir les règles d’embauche et de licenciement.
-Soutenir la  primo-accession à la propriété.
-Soutenir l’investissement locatif privé.
-Améliorer l’efficacité des aides fiscales et financières pour les travaux de rénovation énergétique.
-Encourager l’amélioration-entretien des logements au-delà de l’efficacité énergétique.
-Améliorer la trésorerie des entreprises.
-Réformer le RSI.
-Prendre en compte les efforts des entreprises en matière d’apprentissage dans les clauses d’insertion.
-Rendre automatiques les bonus de constructibilité.
-Réformer la fiscalité des terrains à bâtir.
-Interdire les ordres de service à zéro euro.
-Encadrer l’activité des plateformes numériques.

Notre fédération ira à la rencontre des candidats pour leur transmettre ces propositions sur lesquelles vous  pouvez communiquer à l’occasion de vos contacts en privilégiant  les sujets qui vous  semblent  les plus  pertinents.

Infrastructures : Emmanuel Macron s’engage avec la FNTP

Pour renforcer la compétitivité de la France, réussir la transition écologique et restaurer le cohésion sociale et territoriale au service de tous les citoyens, Bruno Cavagné a proposé une charte d’engagement à Emmanuel Macron lors du Forum « Réinvestissons la France » de fin février 2017. Pour  Bruno Cavagné, « les  infrastructures  doivent être un atout essentiel pour l’avenir du pays. Pour y parvenir, il est indispensable de très rapidement mettre en place une nouvelle gouvernance à laquelle notre profession souhaite vivement s’associer ».

Lors de la signature de la charte, Emmanuel Macron déclarait : « il faut définir la stratégie quinquennale, c’est-à-dire une loi de programmation avec un vrai comité de pilotage et d’évaluation ». Sur les ressources des collectivités locales, il a proposé de stabiliser le niveau actuel des dotations aux collectivités avec un principe de «bonus/malus» pour celles qui réduiraient leurs dépenses de fonctionnement. Il s’est aussi engagé à accélérer les procédures et à rationaliser les voies de recours concernant les projets d’infrastructures et de réseaux. Des engagements qu’il se doit à présent de concrétiser.

C’est dans cet esprit que BTP Rhône et Métropole interpellera dans les prochains jours les candidats à la députation pour recueillir leur position sur ces différents engagements . Retrouvez les 12 propositions de la FNTP pour une politique d’infrastructures et d’attractivité des territoires à consulter en cliquant ici.

Représentativité patronale : la FFB et la FNTP en tête !

Pour la première fois, l’audience des organisations professionnelles d’employeurs a été mesurée au niveau national et interprofessionnel ainsi qu’au niveau des branches professionnelles. Cette première mesure de l’audience pour la représentativité patronale permet de déterminer les organisations professionnelles d’employeurs représentatives pour les quatre prochaines années. Les premiers résultats publiés le 26 avril par la direction générale du Travail confirment clairement la FFB comme première organisation patronale d’employeurs du Bâtiment et la FNTP comme première organisation patronale des Travaux publics.

La FFB et la FNTP sont donc les seules organisations à disposer du droit d’opposition à l’extension d’un accord collectif . Cela leur permettra de s’opposer à toute extension d’accords contraires à l’intérêt des entreprises et des artisans.

Selon cette mesure, la FFB est forte de 42 144 entreprises employant 643 847 salariés et la FNTP regroupe 7 042 entreprises employant 255 139 salariés. Il s’agit d’une grande victoire pour la représentation de notre branche.

Au niveau interprofessionnel, le MEDEF arrive en tête devant la CPME et l’U2P en dernière position.

Samuel Minot, Président de BTP Rhône et Métropole

Carte BTP : attention aux arnaques

Le déploiement progressif de la carte BTP suscite beaucoup d’espoir pour la défense de notre profession.
Elle va permettre de lutter plus efficacement contre le travail illégal et la fraude aux règles du détachement.
Mais elle suscite aussi l’appétit de prestataires peu scrupuleux, qui proposent aux entreprises de leur vendre des cartes pour des sommes très élevées, en se présentant faussement comme étant PRO BTP.

C’est une tentative d’escroquerie !

Retrouvez l’info FFB sur le sujet.

Entré en vigueur le 22 mars, le dispositif de la carte BTP sera décliné progressivement sur le territoire : pour la région Auvergne Rhône-Alpes, au 1er juin prochain.

Retrouvez ici notre circulaire sur la carte BTP.

Pour en savoir plus : www.cartebtp.fr

Cette carte devra être présentée à tout agent de contrôle habilité en matière de contrôle du travail illégal (Inspection du Travail, Urssaf ou douanes par exemple). Elle pourra également être contrôlée par les donneurs d’ordres et les maitres d’ouvrage qui seront équipés pour déterminer si elle est valide ou non.

Le fait de ne pas pouvoir présenter de carte à un agent de contrôle habilité fera l’objet d’une amende administrative de 2000 euros par salarié concerné (4000 en cas de récidive) plafonnée à 500 000 euros.

Participez à la réunion générale organisée par BTP Rhône et Métropole sur ce thème le 16 mai prochain à 16h30. Cette réunion se tiendra dans nos locaux de Villeurbanne et sera animée par Mme Rosalie POPELIN, Directrice Adjointe de la Caisse de Congés Intempéries Rhône-Alpes Auvergne.

Rappel :
Coût de la carte : 10,80 euros par unité.
Délai de délivrance : estimé à 48h (un peu plus long en cas de virement) avec attestation provisoire valable 72h.

 

Zoom SERVICES : Contentieux : à quel moment saisir notre service ? (2/4)

Retour sur le recouvrement de créances avec Florence Vantorre, juriste au Service Affaires juridiques et contentieuses de BTP Rhône et Métropole qui nous explique aujourd’hui à quel moment saisir le service en cas de contentieux.

«  Le plus tôt possible, dès que vous suspectez un impayé ou un différend. Sinon au plus tard après la première mise en demeure, lorsque vous anticipez que le paiement ne suivra pas. Vous pouvez dès lors passer le relais et saisir le service contentieux. La situation sera analysée avec objectivité, afin de définir avec vous la stratégie à adopter : les précautions et mesures conservatoires à prendre ainsi que les premiers courriers à rédiger.

A noter que les résultats les plus significatifs en matière de recouvrement amiable sont obtenus dans les premiers temps de l’ouverture du dossier. Bien souvent, la seule intervention du service Contentieux permet de recouvrer la créance, sans autre frais pour l’adhérent. »

Pensez aux prescriptions !

Un certain nombre de dossiers nous sont malheureusement transmis bien trop tard, au-delà parfois des délais de prescription.

Ces derniers sont :

  • Pour un particulier : 2 ans à compter de la date d’établissement de la facture.
  • Pour un professionnel : 5 ans à compter de la date d’établissement de la facture.

Mode d’action

Selon le dossier, l’existence ou non d’un désaccord avec le client ou selon que les éléments du dossier sont probants ou non, son traitement pourra s’orienter :
–        soit vers un recouvrement classique via notre structure dédiée BTP Services (relances téléphoniques et écrites, courriers comminatoires, mise en demeure…) ;
–        soit vers la recherche d’une solution de médiation avec le client, notamment en présence d’un réel litige.

Il est à noter une évolution dans la typologie des dossiers depuis la mi-2016. La part des dossiers représentant du recouvrement pur et simple tend à baisser au profit de dossiers plus complexes, marqués par des litiges et des expertises. Les résultats sur ce type de dossiers sont beaucoup plus aléatoires et longs à obtenir. Face à de tels dossiers, l’objectif recouvrement passe souvent au second plan, l’objectif étant régulièrement d’obtenir un compromis, afin de vous éviter un coûteux procès.

Dans notre prochain article, nous nous interrogerons sur les solutions de recouvrement : recouvrement amiable ou judiciaire.