soirée du batiment et de l’immobilier lundi 13 février 2017

Partenaire de l’évènement, nous remettrons le trophée Coup de coeur du jury. Retrouvez-nous lors de ce rendez-vous qui associe les institutionnels, les entreprises et autres acteurs de la Région Rhône-Alpes qui agissent dans le secteur du bâtiment et de l’immobilier… Outre la remise de trophées, il permettra de mettre en valeur des réalisations et des projets remarquables réalisés ou en cours de réalisation.

LUNDI 13 FÉVRIER 2017  – CITE INTERNATIONALE

Plus d’info sur www.batimentimmobilier.fr

La FFB bloque une nouvelle complexité à la charge des entreprises

Dans le cadre du projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2017, le parlement a adopté une disposition qui confie définitivement aux Caisses de congés payés le versement anticipé des cotisations et contributions de Sécurité sociale applicables aux indemnités de congés, et non pas entreprises à partir de 2018 comme cela était initialement prévu. Une mesure technique de bon sens, obtenue grâce à l’action du réseau FFB auprès des parlementaires.

Suite au prélèvement opéré par l’Etat en 2015 sur les Caisses de congés payés contre lequel la FFB s’était élevée, le paiement des cotisations et contributions de Sécurité sociale dues sur les indemnités de congés s’effectue désormais Continuer la lecture de La FFB bloque une nouvelle complexité à la charge des entreprises

« La liberté de circuler ne doit pas être celle d’exploiter », J. Chanut

Jacques Chanut le répète régulièrement aux micros des radios et face aux journalistes de la presse écrite nationale, il ne s’oppose pas au détachement ou à la concurrence intra-européenne à partir du moment où ils sont légaux. Or les abus se multiplient.

« La vraie fraude, ce sont les entreprises qui déclarent leurs salariés 35 ou 40 heures alors qu’ils en font 60, déplorait le président de la FFB ce mercredi dans les colonnes du Figaro. Il faut se montrer intransigeant avec elles ». Pour faire cesser un « sentiment d’impunité autour du travailleur détaché », Jacques Chanut réclame plus de contrôles. « Chaque État membre de l’Union européenne à ses responsabilités. Il faut montrer que le niveau des contrôles peut être le même partout et que l’on est capable de contrôler aussi bien en semaine que durant les week-ends ou en soirée ».

 

Huit ministres européens appellent à mieux protéger les travailleurs détachés en leur accordant une rémunération équivalente à celle des travailleurs du pays d’accueil dès le premier jour de leur détachement. « À défaut de quantification précise », la fédération s’est livrée à un exercice de comparaison des coûts horaires entre un travailleur détaché payé au SMIC +20% ou au SMIC, comme le prévoit la réglementation française et un autre, dont l’employeur ne respecte pas la loi, à un demi-SMIC. La FFB obtient le résultat suivant : dans le premier cas, le coût horaire TTC s’élève à 21,49 euros (SMIC +20%) ou à 16,87 euros (SMIC) et dans le second, à 7,95 euros. Soit un écart de 53% ou de 63% selon les cas.

Et la carte BTP qui entrera bientôt en vigueur ne résoudra pas la problématique de dépassement d’heures. Seule une politique active de contrôle pourra mettre fin aux dérives de la fraude.

La FFB défend la mention RGE contre UFC Que Choisir

Le numéro de décembre de Que Choisir comprend un article de quatre pages à charge contre les professionnels RGE qu’il accuse de mal conseiller leurs clients, d’intervenir uniquement sur leur corps de métier, sans approche globale  et en privilégiant les postes qui leur rapportent le plus, sans soucis de cohérence, tout cela en sur dimensionnant, en facturant à des prix exorbitants et parfois démentiels.

La FFB a choisi de ne pas réagir publiquement, considérant que cela ne ferait qu’enrichir la polémique.

L’article de Que Choisir est trompeur, racoleur et manque sa cible. Il n’est pas sérieux de dire que les entreprises RGE doublent ou triplent systématiquement leurs devis. L’étude est très mal documentée, ne donne les références ni des prix qu’elle annonce comme étant des prix acceptables, ni de l’expert anonyme.  En matière de coût, point essentiel, il n’est à aucun moment indiqué si les entreprises ont ou non été mises en concurrence. C’est pourtant le B-A BA pour apprécier la réalité d’un coût. À défaut, seul le silence s’impose.

Rien n’est dit sur la composition de l’échantillon. Rien ne permet de dire qu’ils soient représentatifs, ni généralisables.

Les attaques portent sur les seuls aspects prescription et coûts. La qualité de la mise en œuvre, la qualité des travaux sont totalement ignorées. Or c’est aussi une des dimensions essentielle du RGE. Il en va de même des résultats en matière de performance énergétique.

En matière de prescription, les attaques, en se focalisant sur les seuls travaux d’économie d’énergie, laissent de côté la majorité du marché. Les travaux d’économie d’énergie font, en général, partie d’un chantier plus large. La mission des entreprises RGE consiste alors à veiller à ce que la composante travaux d’économie d’énergie soit la bonne.

Au final, tout ce qui est excessif est insignifiant. Si, à l’évidence, des améliorations sont nécessaires dans le dispositif RGE, si sur un tel marché des situations très diverses existent, il est particulièrement injuste, et pour tout dire vexatoire, de jeter l’opprobre sur toute une profession à partir de cas isolés.

Le RGE n’est peut-être pas parfait, mais il constitue un premier pas, il impose la qualification professionnelle, des compétences complémentaires du métier qui doivent être justifiées et un audit par tierce partie.

Travaux Publics : 12 propositions de la FNTP pour une politique d’infrastructures et d’attractivité des territoires

Dans le contexte actuel de forte contrainte sur la dépense publique, la FNTP plaide pour la relance de l’investissement public en général et de l’investissement en infrastructures en particulier.

La qualité des infrastructures doit continuer à constituer pour la France un véritable atout compétitif. Au-delà des enjeux économiques, les besoins d’investissement en infrastructures sont immenses au regard de la transition écologique et de la cohésion sociale et territoriale.

La FNTP a donc produit 12 propositions concrètes pour créer une véritable gouvernance des infrastructures, préserver l’investissement public local, faciliter les financements privés et sécuriser les parties prenantes.

A lire ici.

Soirée du Bâtiment et de l’Immobilier : lundi 13 février 2017

Le Club de l’OURS et Le Progrès organisent le 13 février prochain une grande soirée du bâtiment et de l’immobilier dont BTP Rhône et Métropole sera partenaire.

A cette occasion, 8 trophées seront remis. Ils visent à récompenser des conceptions, réalisations, rénovations de bâtiments ou de quartiers exemplaires :

  • Trophée de l’innovation
  • Trophée de l’efficacité énergétique
  • Trophée de l’environnement
  • Trophée de  la rénovation énergétique
  • Trophée de la réhabilitation
  • Trophée du logement social
  • Trophée de la réalisation architecturale
  • Trophée coup de cœur du jury

Les critères de sélection sont l’originalité et l’impact de l’initiative, l’exemplarité du projet dans sa conception et dans sa réalisation, sa situation dans le Rhône ou abords immédiats et le fait que le projet n’ait pas encore été primé par ailleurs, si possible.

Un appel à candidature sera publié dans les colonnes du Progrès très prochainement mais vous pouvez d’ores et déjà porter des projets à notre attention à l’adresse suivante : sstradiotto@btprhone.fr.

Voici le dossier de candidature.

CCI // CCRI : BTP Rhône et Métropole bien représentée dans toutes les catégories de la section Industrie

Suite aux élections consulaires qui se sont déroulées du 20 octobre au 2 novembre, les CCI Lyon Métropole Saint-Etienne Roanne et Villefranche Beaujolais ont renouvelé leurs équipes.

Nos adhérents Céline Peleszezak, Luc Pelen et François Chardiny ont été élus à la CCI Lyon Métropole Saint-Etienne Roanne sur la liste commune portée par le MEDEF et la CGPME, Philippe Valentin et Jacques Coiro réélus. Luc Pelen devrait prendre la tête de la commission Aménagement du territoire et siègera également aux côtés de Céline Peleszezak à la CCI régionale.

Du côté de la CCI de Villefranche Beaujolais, trois de nos mandataires ont également été élus : Jean-Marc Bosgiraud, Serge Reynaud et Georges Cornaton. Ils assureront la représentation des intérêts de la branche BTP au cœur du monde économique sur notre territoire.

Carte BTP : créez votre compte pour déclarer vos salariés et téléchargez l’appli pour faciliter la collecte des portraits

Réelle avancée dans la lutte contre le travail illégal et la concurrence déloyale, la carte BTP arrive fin 2016 et devrait être déployée dans notre région en mars 2017. Elle va rendre les contrôles plus faciles et plus efficaces grâce à un flashcode qui permettra aux agents d’accéder en temps réel aux informations relatives au salarié et à l’employeur.

Face au coût de la fraude, la FFB, qui plaide pour la généralisation de ce dispositif depuis de nombreuses années, voit la concrétisation de son action.

Vous pouvez d’ores et déjà créer votre compte sur www.cartebtp.fr. Nous vous recommandons d’identifier et de réunir les informations nécessaires dès à présent.

 

guide_carte_btpUn guide et une appli pour vous simplifier la collecte des photos       

>> Un guide est mis à votre disposition par la Caisse des Congés Intempéries du BTP pour collecter les photos de vos collaborateurs : cliquez ici pour y accéder.

 

>> Disponible sur IOS et sur Android, pratique et gratuite, une nouvelle application smartphone vous permet de collecter les photos de vos salariés selon les normes prévues pour les passeports. Elle vous guide pour réaliser des portraits conformes, les archive, permet de les modifier, de les supprimer et de les envoyer par email à votre collaborateur en charge des demandes de cartes BTP.

 

Entreprises et salariés concernés (rappel) :

Sont concernées les entreprises dont les salariés accomplissent, dirigent ou organisent, même à titre occasionnel ou secondaire, des travaux de BTP, qu’il s’agisse :

–d’employeurs établis en France ou à l’étranger ;

–d’employeurs exerçant une activité de BTP à titre principal ou accessoire ;

–d’entreprises de travail temporaire établies en France ou à l’étranger.

 

La carte devra être demandée pour tous les salariés qui accomplissent, dirigent ou organisent, même à titre occasionnel, accessoire ou secondaire des travaux « d’excavation, de terrassement, d’assainissement, de construction, de montage et démontage d’éléments préfabriqués, d’aménagements ou équipements intérieurs ou extérieurs, de réhabilitation ou de rénovation, de démolition ou de transformation, de curage, de maintenance ou d’entretien des ouvrages, de réfection ou de réparation, ainsi que de peinture et de nettoyage afférents à ces travaux et de toutes opérations annexes qui y sont directement liées ».

La carte n’est donc pas obligatoire pour les salariés n’intervenant pas sur le chantier (bureaux, ateliers…). Néanmoins, l’entreprise peut faire figurer son logo sur la carte et souhaiter la généraliser à tous ses salariés.

 

Prix de la carte

Le coût de la gestion de la carte doit être couvert par une redevance de 10,80 € par carte payable par carte ou par virement. Il s’agit d’une redevance unique, attachée à la carte.

Attention : en cas de recours à des intérimaires détachés, c’est l’entreprise utilisatrice qui fait la demande de carte et en paie la redevance.

Retrouvez le dossier spécial de la FFB dans Bâtiment Actualité n°19 paru le 23 novembre 2016.

« ADNA, Fiers d’être artisans » remporte la chambre régionale de métiers, une belle victoire pour notre fédération

Après la victoire de la liste Artisans De Notre Avenir, Fiers d’être artisans dans le Rhône et dans 7 des 12 chambres départementales de métiers en Auvergne Rhône-Alpes, ADNA remporte un nouveau succès en prenant la Présidence de la Chambre régionale de Métiers et de l’Artisanat Auvergne Rhône-Alpes : Serge Vidal, Président de la CMA de Haute-Loire et président de la fédération du Bâtiment de ce même département est élu Président de la Chambre régionale et siègera au bureau aux côtés de 15 membres Fiers d’être artisans sur 24 (cf. composition du bureau ci-dessous). Sur les 7 chambres, 5 sont désormais présidées par des entrepreneurs de bâtiment adhérents des fédérations de notre réseau, une belle représentation pour le bâtiment.

Nous* nous félicitons de cette victoire qui confirme la volonté de donner un nouveau souffle à la défense des intérêts de TOUS les artisans, ainsi qu’à la reconnaissance du rôle social et économique majeur joué par l’artisanat et la petite entreprise dans la région Auvergne-Rhône-Alpes.

 

>> A lire aussi le communiqué de presse régional sur le sujet

Composition du bureau de la Chambre Régionale de Métiers et de l’Artisanat Auvergne-Rhône-Alpes :

Président : Serge VIDAL – Président de la CMA de la Haute-loire – Plombier chauffagiste
1er Vice-Président : Georges DUBESSET – Président de la CMA de la Loire – Plâtrier
2eme Vice-Président : Franck LOPEZ – Président CMA de la Haute-Savoie – Maçon
3ème Vice-Président : Philippe TIERSEN – Président CMA de l’Isère – Electricien courant faible
4ème Vice-Président : Frédéric REGNIER – Président de la CMA de la Drôme – Maçonnerie générale
Trésorier : Didier LATAPIE – Trésorier adjoint CMA du Rhône – Poseur d’affiches
Trésorier adjoint : Didier LINDRON – 1er Vice-Président de la CMA de l’Allier – Plombier chauffagiste
Secrétaire : Alain AUDOUARD – Président de la CMA du Rhône – Taxi

Secrétaires adjoints:
Siegfried AGOSTINELLI – 3ème Vice-Président CMA de la Drôme – Couverture charpente
William BEAUDOUIN – Président CMA de l’Allier– Boulanger
Christian CALAFAT – Elu CMA du Puy-de-Dôme – Dépannage remorquage
Emilie DE BARROS – Trésorière adjointe CMA de l’Isère – Vitrerie miroiterie
Vincent GAUD – Président CMA de l’Ain – Plombier
Pierre GIROD – 1er Vice-Président CMA de l’Ain – Charpentier
Jean-Luc HELBERT – Président CMA du Puy-de-Dôme – Boucher
Alain LACROIX – 1er Vice-Président CMA du Cantal – Maçon
Raymond LAFFONT – 1er Vice-Président CMA de l’Ardèche – Restaurateur
André MOLLARD – Président CMA de la Savoie – Boucher
Isabelle MOREAUX – 4ème Vice-Président CMA de la Savoie – Restauratrice de tableaux
Alain MOSSIERE – 1er Vice-Président CMA de la Haute-Savoie – Boulanger
Fabienne MUNOZ – Présidente CMA de l’Ardèche – Coiffeuse
Elisabeth PELLISSIER – Trésorière CMA de la Haute-Loire – Isolation
Patrick PROTIERE – 1er Vice-Président CMA de la Loire – Travaux de maçonnerie
Christian VABRET – Président de la CMA du Cantal – Boulanger

*Les fédérations départementales Bâtiment et Travaux Publics, la CGPME et les organisations professionnelles qui soutiennent ADNA Fiers d’être artisans

fiers

bandeau_logos